Lettre de mon Village 2


Cabris / dimanche, septembre 8th, 2019

Cher ami,


Merci de tes nouvelles. Je suis très heureux que tu continues de devenir. Les épreuves de la vie semblent avoir chez toi intensifié l’énergie créatrice qui t’habite. Tes journées où tu réunis une douzaine d’amis pour marcher, échanger, partager un repas sans oublier la musique et la poésie me semblent remarquables. C’est un oasis de convivialité .Dans notre monde où la déliance, le fluide, l’éphémère sont de plus en plus prégnant, cela est un acte fraternel, une source vivante. Je te rends hommage.
Ici, je rencontre peu de convivialité. Le paraître et le superficiel sont répandus .
Mais, j’ai des amis solides, et fidèles. Cependant, pourrait-on organiser de telles journées ? Je m’interroge. Cependant il manque peut-être un petit rien pour que cela soit et soit une fête !
L’automne est là. Elle avance bien plus lentement que dans l’Ouest. Mais ses couleurs s’accentuent régulièrement, ; des feuilles mortes commencent à jongler le sol.
Cette saison est celle du retrait avant l’hiver celle de la préparation profonde de la renaissance. Ici, je suis très sensible à la durée du jour et au firmament lumineux de la nuit. Là, j’ai pleinement réalisé le retour de la lumière avec le solstice d’hiver.
L’automne est selon moi une saison qui nous invite à réfléchir sur le temps et de ce fait sur la vie.
Je rentre d’un colloque où je suis intervenu .C’était le 29ème . Chaque année, un mot nouveau entoure toujours ceux d’Art et de CERVEAU. Cette année ART
HOMME NUMÉRIQUE ET CERVEAU. Des échanges de qualité entre personnes, intervenants et participants venant d’horizon différents . Une
convivialité simple et chaleureuse. Un vécu jamais connu à l’université.
Il y a des absents dont certains, je l’apprends sont atteints par des maladies. Il y a des présents qui me semblent vieillir très vit. Il y a Paul le président que j apprécie beaucoup. Il va désormais vivre en alternance entre deux pays.
Avec ce colloque, je m’interroge :

– Cela devrait se dérouler à l’université !! Hélas quasi impossible
– Comment concevoir le projet de Nouvelles Humanités comme un parcours tout au long de la vie, sans diplôme, mais avec une certaine reconnaissance formelle.
– Comment, hors de l’université, concevoir l’univers-cité ?
– Comment au mieux continuer de créer puisque ma devise est Exister pour Créer ; Créer pour Exister ?
Je prends mieux conscience que mon site, dont les émissions radio, constitue un vecteur original et porteur. Ces petites actions sont des petits ruisseaux qui irradient. Les contenus sont globalement très intéressants. L’intervention d’Isabelle GRENIER, astrophysicienne, sur le cosmos m’a très impressionné.
Je t’adresse en annexe le début et la fin de mon intervention.
La prochaine fois, je te confierai un entretien avec un habitant du village. Puis pour Noel, je t’enverrai un conte. J’en ai plusieurs .Il y a quelques temps, j’envisageais les publier. Mais c’est à toi, que progressivement je les confierai.


Veille sur toi. En santé en tout pour vivre la dernière étape qui peut sous condition être la plus belle.


Miguel L 2 2019


Du NOMBRE aux A.D.M Armes à destruction massive
Quelques réflexions sur notre histoire

Madame, Monsieur,


J ai lu et relu les 29 thèmes qui ont caractérisé chaque année le colloque entre le mot art et le mot cerveau.
Je ne sais qui a choisi cette année le mot homme numérique. Mais il est grave et nous questionne sur notre DEVENIR.
Ce 29ème colloque marque selon moi la fin d’un cycle. Le trentième ouvrira un autre cycle.
Tout se passe comme si Paul nous invitait pour clore ce site à une lucidité accrue sur notre devenir.


Je vous propose QUATRE étapes
1-Le NOMBRE
2-Le DÉNOMBREMENT
3 Les A. D.M
4-Quel DEVENIR ?


Il convient je le redis de discerner l’homme technique et l’homme imaginant insiste H Laborit,
H G WELLS
La course est désormais engagée dans notre civilisation entre l’éducation et la catastrophe. Si nous ne gagnons pas la bataille, y aura-t-il seulement un XXIème siècle ?
– G FRIEDMANN
L’éducation, son succès ou son échec commande l’avenir de l’homme.


Mais l’éducation, mot déterminant y compris face au numérique de quoi s’agit il ?
De la définition du DURHKEIM si présente dans notre esprit ?
Rappel: L’éducation est l’action exercée par les générations adultes sur celles qui ne sont pas encore maîtres pour la vie sociale. Elle a pour objet de susciter et de développer chez l’enfant et l’adolescent un certain nombre d’états physiques, intellectuels et moraux qui réclament de lui la société dans sons ensemble et le milieu spécial auquel il est particulièrement destiné.


Une telle conception de l’éducation est-elle encore pertinente ?
NON.


Alors se fier au ministère de l’éducation nationale ?
Deux rappels très récents :
– Le ministre de l’éducation :
“La maîtrise des savoirs fondamentaux est notre priorité définitive
Cela reste la priorité des priorités.”

-Un enseignant à des parents :
“Je ne suis pas là pour éduquer vos enfants mais pour les instruire
Il vous revient de les éduquer.”


Cela ne peut être plus clair et selon moi pertinent.
Certes il n’y a pas d’enseignement qui ne soit coloré d’éducation
Mais l’enseignement n’est pas l’éducation.
De plus que couvre un diplôme ?


Mais retenons surtout trois points :
1- Discerner Education et Enseignement .Revenir au titre de ministère de l’instruction publique ou à celui de ministère de l’enseignement ?
Tant que cette confusion sera entretenue, il y aura confusion et un épais brouillard et pour l’enseignement et pour l’éducation.


2- Refonder l’éducation
Disons que l’Ancien Esprit Éducatif s’estompe mais perdure alors qu’il devient obsolète. A E E
Le nouvel esprit éducatif N E E (clin d’œil à G Bachelard) concerne tout l’être et tout au long de la vie. Il demande des savoirs, certes, pour produire des connaissances. Il respecte le mystère et n’est que dans l amour de l autre et de soi. Il est personnalisation et socialisation .Il est centré sur le savoir être et le savoir devenir. Il engage tout au long de la vie NEUF apprentissages de base.


3-Pour tous, en tout, j insiste, il est désormais tout au long de la vie.
Seul un nouvel Esprit Éducatif peut permettre à l’humanité d’éviter la catastrophe. Cela est vrai pour tous les domaines : écologie, climat, solidarité, lucidité etc.
Outre les actions spécifiques à un domaine donné, il convient pour tous et tout au long de la vie d’enraciner et de faire fructifier ce N E E.
Y arriverons-nous ? Pour l’instance c’est très incertain.


Cher Paul,
Je ne me souviens pas avoir entendu ici d’intervenants faisant des propositions concrètes.
Cela est sans doute dû à un manque d’attention de ma part.


Ce jour j’en ferai QUATRE :
1- Un groupe de travail issu des intervenants et des participants
Rédige un petit ouvrage : 29 petits cailloux pour devenir vers 2050
Nous ne serons plus là mais quelle belle transmission à ceux qui nous suivent !


2- En 2020 il est présenté lors d’une rencontre non seulement à *** mais aussi à ***, à ***, à
*** et à *** …et pourquoi pas dans un pays étranger ? En cela je suis sur qu’ **** vous accompagnera


3- A * * * un groupe de participants au colloque, accompagné de quelques chercheurs, engage une recherche action sur LE NUMÉRIQUE présent et à venir parmi nous.


4- Un autre ouvrage de praticiens chercheurs sur le thème : Quelles INTELLIGENCES pour DEVENIR ?
Ce pluriel est essentiel.
Et il montre que l’Intelligence pluriel est plus que l’I.A.
Alors par exemple, nous redécouvrions l’intelligence de la métis, celle de la ruse. Nous redécouvrions ainsi le Poulpe, cet animal si fabuleux que les grecs avaient choisi pour représenter l’intelligence de la métis.
Nous redécouvrirons outre l’intelligence abstraite, des intelligences oubliées minimisées et cependant nécessaires pour les combats qui sont là.
Le rythme d’évolution du monde est tel qu’un combat sans précédent est engagé.


Le numérique comme technique, comme outil apporte des perspectives extraordinaires.
Mais devenant A.D.M armes à destruction mathématiques il peut conduire sans responsabilité, sans éthique, sans courage à une catastrophe.
Cher Paul, les 29 mots choisis pour les colloques sont autant de petits cailloux pour notre devenir.
Et chaque année, tu nous invites à une lecture plurielle parfois certes difficile mais toujours enrichissante.
Tant qu’il y aura des participants au sens fort du terme, ce colloque sera un phare modeste pour nous éclairer de ce qui advient et mieux être responsable de notre devenir.
Le denier : HOMME NUMÉRIQUE nous invite à ouvrir un nouveau cycle audacieux courageux.
Je reprends tes paroles.
Un constat.
Aujourd’hui, l’homme intervient de moins en moins et l’ I.A, le numérique en particulier, investit tous les domaines.
Une question.
Et tu te poses la question : L’humain est il voué à disparaître ?
Je répondrai avec nuances. Plus oui si nous ne nous réveillons pas.
Plus non si lucides, courageux, nous engageons ce grand combat du XXIème siècle : recourir à la technique et au numérique pour créer le monde et jamais ne nous laisser soumettre par eux. Lucides sur ses apports et aussi sur ces dangers mortifères.


Homme numérique est entouré du mot ART et de celui de Cerveau.
Sur le cerveau nous progressons et il convient de ne pas oublier tout l’être
Sur l’art écoutons attentivement les artistes sans oublier la définition initiale du mot art :
Façon d’exister.
L’art sauvera le monde ; cette phrase continue de résonner en nous.
Parmi les arts, la musique est selon moi trop peu présente dans ce colloque. Alors je vous propose d’écouter cet extrait du merveilleux film Le cercle des poètes disparus.
Cette musique résume par, avec et au delà le film l’espoir comme risque et l’espérance,comme pari.
Écoutons-là si vous voulez bien en silence.


Merci de votre attention,


Michel Bernard 09 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 − 9 =