Chemin Faisant n°9 – Mars 2020 – bis


Chemin faisant / jeudi, mars 12th, 2020

Chemin faisant

Chaque mois, chemin faisant
Vous propose une réflexion
Sur la vie, sur notre vie
EN CHEMIN

En chemin-ce chemin UNIQUE- dans le temps et l’espace-de plus en plus, je pense aux personnes rencontrées.

Quelle pluralité !

Celles qui nous ont quitté et dont la présence est plus ou moins forte. Celle de mes parents s’amplifient. D’autres sont quasiment dans l’oubli.
Celles croisées du regard et que je ne reverrai plus.
Entre ces ceux pôles, toutes les autres personnes rencontrées et dont le lien d’échanges varient tant.
Un mot, un échange, un compagnonnage pour un temps varié.
Un livre, les médias, un regard, une émotion qui vous atteint à jamais.
Il y a ceux qui ont, volontairement ou non, rompu les liens, ou avec qui nous avons fait cela.

Il y ceux dont nous ne savons pas s’ils sont ou non encore vivants.
Il y a ceux avec qui nous n’avons pas offert assez de temps, de présence.
Il y a ceux qui auraient pu être des amis.
Il y a ceux pour qui le mystère reste très fort.
Il y a ceux qui avec le temps s’estompent de notre mémoire.
Il y a ceux qui avec le temps ne cessent d’être de plus en plus présents.
Tout cela fait que je suis ce que je suis.
Le temps apporte de moins en moins de grandes surprises. Mais il nous réserve parfois des rencontres UNIQUES

Le temps nous invite à revisiter tout cela. Car vivant, est toujours possible ce voyage.
Mais le mystère subsiste. Sur ce qui a été, aurait pu être.
Sur ce que par mes paroles, mes gestes, mes actes, mes écrits ont semé et qui contribue au vivant.

Chemin faisant à un moment de l’histoire du monde et dans l’espace, j’ai fait, dit, crée. J’ai été. Je suis en construction.

Le temps qui reste, je ne le sais pas. Inévitablement trop court.
Il convient donc plus que jamais :
– De choisir
– D’incarner
– D’être conscient

L’amour, l’amitié, la connaissance, la création le partage, l’attention, l’écoute, l’exploration, la découverte plus que jamais.
Un quotidien dégusté tant dans l’action que dans la contemplation.
La gamme des possibles se réduit. Mais celle des souhaitables s’amplifient.
Plus que jamais les petits riens de la vie quotidienne portent le sacré, le goût et la fragilité de l’éternité sur la terre.

Dans ce monde où je vis, où j’essaie d’exister.
Dans ce monde où l’humanité est en gestation.
Dans ce monde où le vrai bonheur habite dans si peu de personnes.
Dans ce monde où parfois les richesses matérielles portent tant de pauvreté.
Rebelle, je suis.
Résistant, aussi.
Avec la santé en tout.
A l’Olivance, lieu simple et beau.
Il me reste tant à faire, à offrir.
Pour plus de bonheur, de joie,
En chemin faisant,
Merci aux personnes rencontrées.
Par-don à celles que j’ai délaissées
Ainsi est l’existence…

Un chemin faisant qui nous fait et où nous sommes responsables des autres.
Un chemin d’erreurs.
Un chemin de médiocrités.
Mais toujours en chemin faisant.


Michel Bernard 03 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 − 23 =