LE VILLAGE : CABRIS

Avant propos

Dans le cadre d’une valorisation du patrimoine et de l’histoire de Cabris, ce document concerne le village.

Après un bref rappel historique, il présente SEPT propositions réalisables en moins d’un an et de façon peu coûteuse.

Un appel aux habitants volontaires de tous les âges pour contribuer partiellement à cette valorisation. De plus une idée forte : FAIRE PLUS ET MIEUX AVEC MOINS ! Car le budget de la commune et sa gestion exigent de la rigueur.

Toujours soucieux de solidarité, nous proposons que tous les habitants du village au moins soient consultés et invités à émettre aussi leurs avis et leurs propositions.

Michel Bernard. Cabris. 2008

1 – BREF HISTORIQUE

Une population d’environ 1500 habitants dont un tiers dans le village : voilà Cabris. Donc des sous-ensembles ayant leurs propres caractéristiques.

Avant la renaissance du village suite à la peste, il convient de mettre en valeur l’histoire depuis les origines, dans et hors du village. Il y a des traces.

Le site de Cabris est grandiose et magnifique, mais c’est avant tout l’histoire des habitants qui fondent l’identité et la fierté.

Pour le pays de Grasse, c’est juste que Cabris soit positionné après Gourdon qui tout en étant placé parmi les plus beaux villages de France a glissé trop fortement et de façon irrémédiable dans le tourisme mercantile.

Il reste que l’économie et le dynamisme de Cabris posent problème.

Un de mes amis dit : Cabris la belle endormie ! Pertinente et juste expression. D’autres parlent de village dortoir : ce qui est inquiétant.

Au XXe siècle, Cabris a puisé sa renaissance dans l’arrivée de l’eau et dans le choix fait par des artistes et écrivains  d’y résider.

Qu’en sera-t-il en ce début du troisième millénaire ? Rien n’est acquis. Les ressources sont rares et les choix sont lourds de conséquences.

Cabris possède de forts atouts, mais des choix peuvent les dilapider à jamais.

Avec la sérénité, le contexte naturel, il convient de valoriser l’identité et de chanter « l’âme » de Cabris, la fierté de ses habitants. L’avenir sera culturel ou ne sera pas. Et par le culturel, il sera économique, solidaire et convivial. Ou bien il ne sera pas, sauf en dépendance !

C’est pourquoi, il n’y a pas à opposer la visée culturelle et la visée économique.

Sans dramatiser, après l’eau, ce sur quoi Cabris fondera son avenir, est la culture vivante enracinée dans son histoire son lieu et ses habitants.

P.S : Dans le projet : Si CABRIS M’ÉTAIT CONTE, une émission est prévue sur le village.

2 – PROPOSITIONS : SEPT

  1. Pancartes
  2. Un itinéraire
  3. Sept fontaines
  4. Des documents
  5. Allée A .Camus
  6. Présence diffuse
  7.  Deux lieux en réserve

1 – Pancartes.

A l’entrée du village, en montant vers la mairie, une pancarte résume l’histoire du village et présente l’itinéraire (A Paris, les pancartes historiques sont sans doute un peu chères mais de qualité).

Puis des pancartes à chaque station. En prévoir entre 9 et12.

Un petit document à 1 €peut être réalisé.

2 – Un Itinéraire.

Entre 9 et 12 stations ; Bien sur valoriser un parcours et historique et valorisant pour les commerçants.

On peut aussi prévoir un concours avec recherches de solutions et délivrance d’un « diplôme » !

3 – Sept fontaines.

Je rêve un jour que l’on dise : CABRIS, le VILLAGE des SEPT FONTAINES.

D’abord en hommage à l’eau dont Cabris a tant manqué dans son histoire. Et sept comme symbole très fort du local au global.

Où mettre ces fontaines ?

  • Aux QUATRE coins cardinaux :
    • à l’entrée de Cabris, venant de Grasse (fontaine du voyageur)
    • Sur la promenade Saint Jean (fontaine de l’enfance)
    • En haut du pré (fontaine de la convivialité)
    • Place de l’église (fontaine de l’horizon)
  • Puis TROIS dans le village
    • Place des puits  (fontaine du puits)
    • Devant la mairie (fontaine Belletrud)
    • Allée A Camus (fontaine de l’Etranger)

4 – Des documents

Outre des dépliants touristiques, il convient de produire des documents de qualité : livres et CD, posters, cartes postales (séries) etc.… On peut y ajouter des souvenirs de qualité.

Il y a aussi là un aspect économique appréciable.

5 – Allée A. CAMUS

Initialement cette allée n’existait pas. Certes c’est un espace à aménager. De plus, au bout, face à la mer, on peut envisager soit de façon définitive, soit de façon provisoire à certains moments, un élément en demi-lune face à la mer. Concerts, théâtres spectacles y auraient un lieu magnifique.

On peut ici y prévoir des apports économiques. Mais la priorité n’est elle pas la mise en valeur village et son économie ?

De plus, la promenade Saint Jean fonde bien plus l’histoire, l’identité et les effets culturels et économiques pour Cabris.

Attention aux dépenses somptuaires aux effets redoutables !

6 – Présence diffuse

Chez les commerçants, dans les restaurants, dans les lieux de services, mettre des gravures et photos .Chaque lieu aurait sa spécificité. L’ensemble pourrait constituer un livre, cadeau majestueux de Cabris.

Tous les trois ans, suite à un concours et à un appel à tous les habitants, il ferait l’objet d’une nouvelle édition.

7 – DEUX LIEUX EN RÉSERVE

Il y a deux lieux en réserve ;

D’abord le château. On peut un jour y voir un lieu rare de promenade avec une instance de restauration et tous les après midi au moins un lieu d’animation. Sans oublier l’histoire et là aussi une section du musée de Cabris.

L’ancien presbytère constitue un lieu pouvant avoir des finalités variées.

Quant à la chapelle à l’entrée est du village, sa fonction d’exposition est maintenue.

Et le grand pré reste une valeur sûre. Outre les braderies, activités diverses, il est un lieu de repos le dimanche. N’oublions pas que CABRIS, grâce à ce grand pré est le seul village à pouvoir recevoir le cirque GRUSS.

Le petit pré avec des fleurs est à maintenir bien sûr.

Michel Bernard. Cabris. 2008