Chemin faisant n°34 – De l’empathie, bis Mars 2024


Chemin faisant / dimanche, mars 3rd, 2024

Chaque mois, chemin faisant 
vous propose une réflexion 
sur la vie, sur notre vie

De l’empathie

Voici un mot dont l’audience est forte et la compréhension  fragile. C’est aussi un mot qui, je pense ,porte les renaissances en cours. Il relève du coeur et des émotions que nous avons trop délaissés pour la raison .Il ne relève pas d’abord de l’enseignement mais du vécu et de l’éducation, plus précisément du Nouvel Esprit Éducatif, soit de l’éducation de tout l’être tout au long de sa vie. Il implique agir et penser-agir. Il intègre les affects, l’affection et les émotions. C’est entrer dans le monde de l’autre  attentif et soucieux de son intimité, à l’écoute de son message. Dans ce mot il y a convergence de sympathie, de dedans et de ce que l’on éprouve. L’empathie n’est jamais acquise, il se construit pétrie d’incertitude.

Des mots proches sont résonance, écoute. Et inévitablement amour,force cosmique sans laquelle l’humain n’est pas. Des mots lointains sont indifférence, froideur. L’empathie est complexe et des définitions comme « faculté intuitive de se mettre à la place de » est incomplète et ambiguë. La place de chaque est unique. Donc plus modestement, veiller à accueillir l’autre en tout. Ce qui exige de s’accueillir soi- même. Résonance est un mot fort, chaleureux. Par là, il y a écho, vibration.  

Cela demande d’être disponible et du temps ; La résonance est l’écoute d’une autre voix et d’une autre voie. Il y a cette belle citation : «L’instant est cet ambigu où le temps et l’éternité sont en contact.” Il y a alors poésie et musicalité.

Pour accueillir et développer l’empathie, à 2 ou un petit groupe, échanger, dialoguer, partager questionner explorer.

Michel Bernard   Mars 2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 + 6 =