Chemin Faisant n°6 Août 2019


Chemin faisant / mercredi, août 21st, 2019

Chemin faisant n°6

Nouvelle série

Chaque mois, chemin faisant vous propose une réflexion sur la vie, sur notre vie.

De l’ AMOUR

Adulé, recherché, exigé, rejeté, trahi, l’amour survit et est toujours, selon moi, la plus belle aventure humaine. J’ai beaucoup réfléchi, écrit sur l’amour. Mais cela et ma vie me conduisent à reconnaître que j’ai l’impression de ne rien connaître de l’amour. C’est pourquoi une fois de plus, j’essaie de prendre le temps pour mieux accueillir ce qu’il est. Au-delà tous les livres -sujet inépuisable- mais par le vécu des autres et surtout mon vécu.

L’amour ne s’enferme pas dans une définition. Cependant, comment éviter de s’interroger sur le mot pour aller plus loin?
Le dictionnaire Larousse dit : « sentiment très intense, attachement englobant la tendresse et l’attirance physique entre deux personnes ».
Cela me semble insuffisant.

J’ai exploré l’origine et l’évolution du mot AMOUR. Certes intéressant.

Ce mot AMOR résonne bien. Spécifier: amicus, éros, philia philie est pertinent. Mais encore une fois pour moi insuffisant.
Les livres sur l’amour sont et seront très nombreux. Quel philosophe fait l’impasse d’écrire sur l’amour ? Essais romans poésie… l’amour est un thème incontournable.

Après avoir beaucoup lu, j’ai moi-même écrit. Des textes qui selon certains sont beaux, voire très beaux. Mais plus j’écris, plus je découvre que les mots ne peuvent appréhender l’amour comme je le souhaite
bien que leur apport est une étape.

J’ai alors décidé plus que jamais de regarder, d’explorer, de questionner y compris moi-même. VÉCU devient ce qui questionne.
De cette démarche empirique ce que je retiens provisoirement, il y a :

  • Ceux qui cherchent leur moitié sans se rendre compte qu’ils nient l’autre ainsi.

  • Ceux qui veulent en fait des paramètres : taille, poids, couleur des
    yeux, etc. Ils sont de fait sur un marché sans pouvoir trouver en une fois tous ces paramètres.

  • Ceux qui comblent leur solitude oubliant que pour aimer il convient
    aussi de pouvoir vivre la solitude et de s’aimer.

  • Ceux qui cherchent une aventure sans accepter qu’ils sont devenus INVALIDES pour l’AVENTURE.

  • Ceux qui se soumettent à un cycle variant de quelques jours à quelques années.

  • Ceux qui ne savent plus bien leur recherche, voire ceux qui ont renoncé et flottent au gré des hasards.

  • Ceux très minoritaires qui croient toujours à l’amour non comme idéal incarné, mais comme relatif portant l’énergie d’aller vers l’incarnation.

  • Ceux aussi très minoritaires qui vivent l’Amour.

J’ai aussi observé de plus en plus la rupture entre l’amour physique et l’amour de tout l’ÊTRE. Faire l’amour remplace alors ETRE amour.
Une sexualité mécanisée, technicisée où l’autre est réduit à un objet ou parfois annulé a-t- elle encore un lien avec l’amour? Non.

Période de désacralisation, de déliance, de dé-humanité. Période cependant où l’amour est à la fois rejeté et en renaissance.
La relation entre réification, mirage et amour est débat majeur. Avec le divorce peu cher, verrons-nous de plus en plus des gens se marier avec l’acte de divorce mis au point ?

Une personne peut connaître dans son parcours plusieurs états.
Avec le temps, il y a bifurcations entre trois perspectives:

  • Celle de la fatigue et du renoncement.
  • Celle de profiter au mieux pour soi du moment présent.
  • Celle de la ténacité, du désir (et non de l’envie) de la volonté pour
    construire l’amour comme la plus belle aventure humaine ; exister
    au présent dans le présent comme présent.
  • Celle de l’apprentissage tout au long de sa vie.
    Et moi où en suis-je?

Ai-je connu l’Amour tel que ce jour je le conçois et le veux. Répondre non serait tragique, mais aussi faux. Il reste toujours l’amour dans sa plénitude (Être-esprit-corps) dans sa construction, dans sa temporalité.
De plus, il y a l’amour entre deux êtres en tout, et il y a l’amour entre deux êtres pour tout sans être en tout.
Alors qu’est-ce que l’amour?
Entre réduit à la sexualité et incarné sans sexualité?

Quelques REPÈRES.

Pour moi, à ce moment de mon chemin faisant, voici NEUF repères que
je retiens pour avancer:

  1. Être sur la même longueur d’onde. Cela se ressent
  2. Communiquer c’est-à-dire échanger tous les inter-dits sans jugement.
  3. Reconnaître l’autre et soi-même dans ce qu’il est et aussi dans son potentiel de devenir.
  4. Admirer oui contempler l’autre dans son unicité.
  5. Une personne c’est un corps, un cœur, un esprit, des intelligences, un sens pour, par et avec sa vie. Ou dit autrement c’est une trilogie : ÊTRE Esprit Corps. L’amour ne néglige rien; il est sans mesure.
  6. L’amour dit X, c’est quand l’autre est plus important que soi. Et son partenaire présent d’ajouter “En réciprocité”.
  7. L’amour est ce qui fait toucher les limites de l’être humain et nous touche.
  8. l’amour est vibrations, co-vibrations. Au-delà les mots, c’est une musique inconnue sans cesse à découvrir à construire.
  9. L’amour est inattendu. La question devient alors d’être disponible pour l’accueillir. Ainsi, l’amour est travail de soi, sur soi, pour soi allant vers un travail en co, de sur, et pour.

Une vie pour parvenir à ces repères à cette conception de l’amour!
Beaucoup de temps perdu? Sans doute, car l’amour n’était pas toujours au centre de mon chemin faisant. Et l’amour est apprentissage tout au long de sa vie.

L’Amour dans avec par et pour ma vie est ma visée et ma vision. Et mon agir.
L’amour est dans l’être, la pensée, l’âme et le corps. Il est alors alliance : Dire Faire et Être. Il devient au-delà des mots.
Et l’ AMOUR est incarnation de tout l’être.

Pour cela une vie ne suffit pas. Mais sans l’amour, la vie cesse d’être vivante et créatrice.

Michel Bernard. 08 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 × 19 =