Chemin faisant n 1 Octobre 2016


Chemin faisant / samedi, octobre 1st, 2016

De mon VILLAGE, au MONDE et au COSMOS.

Je suis né dans un petit village de l’ouest de la France. Maintenant, je vis dans un petit village du sud. Entre ciel, mer et terre , j’essaie avec ma vie de produire mon existence car pour moi Exister est plus que Vivre. Contemplation, méditation, action sont liées. La connaissance, la création, le dialogue, le partage, la convivialité , l’action (1 ) constituent une perspective privilégiée où se produit mon chemin faisant( 2 ). Pour cela émerveillement, courage, ténacité sont indispensables.

De mon village, je ne cesse de regarder, d’écouter le monde. Dans un premier horizon il y a un paysage unique et varié, des gens, des regards à la luminosité très diversifiée, des paroles échangées. C’est par les médias que j’accède au second horizon, celui du monde. Des médias capables du pire et du meilleur. Savoir discerner est plus que jamais primordial. Il y a l’écume des jours, il y a les mouvements profonds de la vie. Le soir, la nuit surtout il y a le cosmos , troisième horizon. Là ma fille, étudiante, m’initie à la découverte des étoiles et de ce cosmos qui ne cessera d’être de plus en plus présent pour tous ceux qui s’en viennent dans notre monde.

Avec le second horizon, il y a la politique, la violence protéiforme, des crimes contre l’humanité dont certains comme celui d’enfants quasi négligé, des peurs, des douleurs, des désespérances, des drames , mais aussi de la beauté, de l’humanité, de l’empathie, du partage. Les médias sont hélas plus portés vers l’écume des jours et à ce qui ne va pas. Notre monde est de plus en plus concerné par la déliance, la solitude, la misère, les écarts de situations insupportables ( 3). Selon moi la politique tue en ce moment le politique. Il y a ardente obligation à produire de nouvelles voies. Mon pays en bien des domaines perd de sa dignité, de son audace, de sa créativité. Une courbe de vie qui baisse de façon inéluctable?

Plus que jamais apprendre à discerner, à penser autrement. Penser global, penser complexe .Penser de façon critique et créatrice. Remplacer le OU par le ET. S’interroger. Écouter.

Parmi mes questions en voici quelques unes:

-Pourquoi des êtres d’exception ne parviennent-ils pas à l’autorité politique?

-Pourquoi de grands universitaires comme Gaston Bachelard ne pourraient-ils plus maintenant devenir universitaires?

-Pourquoi ces fragilités de l’humain? Ces violences qui ne cessent de resurgir? -Pourquoi ce supplément d’âme sollicité par Bergson n’en finit-il pas de venir?

-Pourquoi ces résistances à l’éducation tout au long de la vie?

-Pourquoi ces confusions de langage? Par exemple entre Enseignement, Éducation et Formation.

-Pourquoi, pour moi, l’amour reste-t-elle la plus belle aventure humaine?

Et tant d’autres questions centrées certes sur les pourquoi, car le comment est primordial mais le pourquoi est fondateur. L’ un et l’autre sont nécessaires.

Notre monde est en quête de renaissances. Pour cela, à la triple métamorphose biologique, technique et informatique, il est urgent de mettre en œuvre une autre triple métamorphose: Éthique, éducative et culturelle, sociale et économique.

Ce soir, je suis seul à contempler le ciel. Je ne cherche pas à savoir. J’admire. Et je situe plus que jamais ma vie dans celle du cosmos(4). Dans son passé. Dans son avenir. Un transfert des violences et des haines des hommes dans l’espace?

Alors que la vie se réduit dans sa durée, elle s’amplifie dans le présent. Pourquoi un parcours de tant de gaspillages, d’insignifiances et de médiocrités pour parvenir à déguster sa vie?

Quelques traces du chemin accompli pour y parvenir. Et à transmettre(5)

*Penser global, penser complexe, penser le vécu pour accueillir le vivant.

*Relier savoir, faire et être pour connaître et co-naitre.

*Sans l’autre, que suis je?

*L’inachèvement est et sera; les limites révèlent le tragique mais la création l’audace d’être.

*Vivre c’est quoi? Devenir conscient de que ce l’on est pour l’offrir sans compter. Et plus cela est offert, plus j’accueille aussi ce qui est offert, plus la vie est vivante plus j’existe, plus je produis et me produis.

*Agir pour incarner ce que je suis en devenir; transmettre pour inviter à prolonger mieux et autrement.

Oui pour moi la vie est un voyage coloré de voyages. En ce moment, si peu de voyages!. Sauf ici celui en moi même pour mieux me connaître, connaître le monde et le cosmos. Mais j’aspire aussi à tant de voyages dont aucun n’est petit.

Jusqu’au dernier souffle, nous n’en finissons pas de naître. Dans une incertitude de la tension symbolique/diabolique, ce qui réunit et ce qui sépare. Oscillation de la tension entre création, destruction et insignifiance.

Je me souviens plus que jamais de ma devise conçue en avion lors d’un voyage en Asie. EXISTER pour CRÉER, CRÉER pour EXISTER

Michel Bernard. Octobre 2016

Michel Bernard. Après un C.A.P et un B.P en santé, reprend ses études d’abord par correspondance puis à l’université, dans plusieurs disciplines, tout en travaillant. Professeur émérite des universités , il poursuit des recherches comme artisan chercheur. Il anime des séminaires et donne des conférences. Il publiera en 2016 et 2017 ENTRER en RECHERCHE, Le N.E.E: NOUVEL ESPRIT ÉDUCATIF et VIENT LE TEMPS DE L’ENVOL. Il a conçu et anime une émission radio de plus en plus appréciée: Paroles d ‘Écriture et quatre autres séries qui sont entendues dans le monde entier grâce à ce site .

NOTES

1-«L’homme est action ou il n’est rien.» Paul Valéry.

2-En marchant se construit le chemin. Antonio Machado.

3- En France, ne pas oublier les suicides surtout dans certains milieux. Au Japon, un japonais actif sur cinq risque de mourir de surmenage.

Dans le monde, des inégalités insupportables.

Argent; Sexe; Pouvoir; Domination. Cette quadrature du cercle à briser et à refonder.

4-Le cosmos, déjà objet de tant d’enjeux, au dessus nos têtes!

5- Transmettre. Bien plus important que l’héritage.

Si je retiens le premier enfant à 28ans et une durée de vie de 90 ans

Ma dernière fille aurait son premier enfant en 2026 et quitterait la terre en 2088.Son premier enfant serait parent en 2054 et quitterait la terre en 2116.

Puis parent à 2084 et départ de la terre à 2144.

Il se peut donc que les deux générations qui s’en viennent connaissent de moi quelques traces .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 1 =