Emissions des 29, 30 et 31 mars 2016


Emission / jeudi, mars 31st, 2016

Émission animée par Michel Bernard

Les ACTEURS du LIVRE 1, 2 et 3

Trois émissions de suite consacrées aux acteurs du livre.

TÉMOIGNAGES :

  • Deux Éditrices;
  • Deux Libraires;
  • Une lectrice.

Et l’esquisse d’une synthèse: LES ACTEURS DU LIVRE : Sept constats et une PROPOSITION.

Nos invités viennent de la région PACA et d’ailleurs.

Car agora est bien toujours au sens originel la place du village, le lieu de rencontre d’échanges, de débat de la cité.

Et Côte d’Azur, je ne l’oublie pas, est l’expression forgée par Stephen LIEGARD en 1887. La Côte d’Azur originelle allait de Marseille à Gênes. Maintenant elle s’est rétrécie. Mais tout en gardant l’expression Côte d’Azur, nous ne pouvons oublier l’AZUR qui vient d’un mot persan. Ce bleu clair et intense, celui d’un ciel d’été, n’est pas le monopole de la côte. Et pour cette émission, par exemple, il nous conduira en Normandie aussi.

  • Rendre hommage à l’écriture.
  • Rendre hommage au livre.
  • Rendre hommage à ses acteurs : auteurs, éditeurs, libraires, et lecteurs.

MAIS AUSSI EXPLORER des renaissances.

DEUX ÉDITRICES :

DEUX LIBRAIRES :

  • Gérard, Librairie Le bateau blanc, Brignoles, Var
  • Corinne, Librairie L’annexe, Malaucène, Vaucluse

Une LECTRICE

  • Nathalie, Aix-en-Provence

Écoutez et réécoutez chaque témoignage.

Emmanuelle ose publier des coups de cœur d’ auteurs qui seraient, sans elle, restés inconnus.

Géraldine vient encore d’ éditer un très beau livre : Esprit de cuisine : CORRENS premier village bio.

Je vous invite à aller à CORRENS, à MALAUCÈNE, à BRIGNOLES…

À rencontrer ces témoins, à découvrir ou redécouvrir ces lieux.

Quant aux auteurs ils ne sont pas oubliés. Mais ils sont en priorité présents dans nos autres émissions.

Le monde du livre, comme tous les mondes de notre vie, est, en ce début du XXIe siècle, en transformation.

De ce fait, turbulences, crises, effondrements, drames parfois, mais aussi renaissances.

Oui, Il convient en ce domaine comme dans tous les autres de mettre en valeur ces renaissances.

Chaque jour, par les médias, nous sommes trop envahis de ce qui ne va pas et on oublie trop ce qui renaît.

Avec la mondialisation, avec trop souvent la politique qui tue le politique, avec le pouvoir démesuré de l’argent, avec les insécurités, oui il y a désespérances, drames divers, j’insiste, perte de repères, déliances (mot dont on parle si peu).

Mais un monde nouveau surgit çà et là pétri de solidarité, de partage, de convivialité.

Oui, bien trop lentement, un réenchantement de la vie du monde est à l’ œuvre.

À propos du livre, il n’est nullement question d’oublier les fermetures de libraires, les modes de vente du livre qui le réduisent alors à un objet, les difficultés des éditeurs, les parcours difficiles pour se faire éditer, le coût de la culture, difficile à maintenir quand on est atteint par la paupérisation.

Mais il y a RENAISSANCES.

Premier constant

La situation du livre et de ses acteurs est protéiforme, plurielle.

Il convient de discerner et de tenir compte des nombreuses spécificités pour chacun des acteurs.

Deuxième constat

Il est mis en valeur par un sondage récent du journal Ouest France le 20 mars 2016

  • Si 14 % des sondés admettent ne jamais lire,
  • 32 % disent lire entre 1 et 4 livres par an, soit 1/3.
  • 23 % entre 5 et 9
  • Soit 55 % de lecteurs, une augmentation significative, ce 55 % n’ était que 36 % en 2006.

Troisième constat

Le métier de Libraire évolue profondément.

  • Selon la belle définition de Corinne, fondatrice et directrice de la librairie L’annexe à Malaucène : « Mon métier de libraire dit elle repose sur l’amour des mots, du livre et des gens ».
    Elle a quitté le secteur des finances et un bien meilleur salaire pour fonder une librairie et elle confirme le bonheur de son choix.
  • Gérard à Brignoles est engagé. Il ose inventer. Il est lui aussi attentif aux partages, aux échanges.

L’un et l’autre sont soucieux d’aller vers ceux et celles qui ne lisent pas ou peu. Et pour cela, ils explorent des démarches pour écouter, mettre en valeur, donner le désir de lire puis d’écrire.

L’un et l’autre refondent les compétences du libraire et des qualités d’être qui instaurent une nouvelle professionnalité.

Quatrième constat

Surgit une génération d’éditeurs indépendants de grande qualité. Ils savent magnifier des secteurs oubliés, des thèmes et des auteurs négligés ou de l’ombre.

Ils proposent des ouvrages que l’on ne trouve pas ailleurs.

EN CELA, ces éditeurs indépendants nous offrent une découverte de trésors pour réenchanter notre vie.

Cinquième constat

Il y a une inflation des salons du livre! Trop c’est trop!

Certes, de grands salons comme celui de Mouans Sartoux, près de Grasse, le troisième de France, continueront.

Mais quel avenir de ces salons considérés de plus en plus comme par Gérard ou Corinne rétrécis et manquant de vie.

BRAVO à Corine pour son festival AMIS MOTS qui implique toutes les composantes de sa ville et des environs!

BRAVO à Gérard qui est engagé dans cette voie pour 2017 à Brignoles et pour les environs.

Il y a trois ans déjà -pour le pays de Grasse historique- nous avions proposé une telle initiative impliquant autour du livre et des arts une approche vivante et créatrice.

Sixième constat

Acheter un livre est différent que d’accueillir un livre.

Pour acheter, A… suffit. De plus cela est rapide.

Mais, là aussi, chacun peut modifier ses habitudes.

À titre personnel, je vais chez le marchand de journaux de mon village.

Plus long ? Certes 8 à 12 jours en moyenne! Mais je contribue ainsi à la vie du village.

Et si chacun agissait ainsi?

A… fait 22 % du marché plus les grandes surfaces qui ne font que vendre des livres comme, il y a le rayon des légumes. Le livre ne se réduit pas à un objet et à une marchandise.

En cela, chacun est concerné.

La beauté d’un livre, sa présence charnelle, nos traces personnelles sur les pages font du lui un compagnon pour la vie.

Septième constat

Demain, dominante du livre électronique ? Soyons prudents.

Axel KAHN a écrit avec Albert JACQUARD en 2001 un livre: L’avenir n’est pas écrit.

Certes, le livre électronique va se développer, mais le livre papier a encore un bel avenir.

Pour nous, il s’embellit, devient parfois plurimédias (comme le dernier ; celui de Jacqueline BELLINO, LUEURS D’OLIVIERS.)

Il renouvelle sa beauté, sa saveur, son toucher.

Pour aller plus loin

Voici quelques repères:

  • Internet ex Article « Que vont devenir les livres ? »
  • Télérama.
  • Magazine littéraire.
  • Livre hebdo.
  • Agence Régional du livre, Aix en Provence et aussi dans chaque région. livre-paca.org/

QUATRE ouvrages:

Sur la Lecture

  • Éloge de la lecture, Michèle Petit, ÉditionsBelin

Sur l’écriture

  • L’écriture ou la vie, Jorge Semprun
  • Écrire ; Marguerite Duras.
  • La Parole et l’écriture, Louis Lavelle

PROPOSITION : RENAISSANCES et PARTAGES

Livre-Vie-Arts

Chaque année, en région PACA dans un lieu ou en alternance dans un lieu différent sur2, 3 ou 4, UN WEEKEND, soit au printemps, soit à l’automne. Lieu, moment de rencontres pour tous ceux qui réalisent ou désirent réaliser des renaissances en ce domaine.

Paroles d’ Écriture retient une émission pour 2017.

Emission 29 mars :

Emission 30 mars :

Emission 31 mars :

Michel Bernard le 03/04/2016

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 ⁄ 4 =