Artiser Avril 2014, Manuel BEL


Artiser / jeudi, avril 3rd, 2014

Pour ce deuxième billet, je vous présente un peintre qui me tient à cœur, car c’est par lui que j’ai appris la valeur de l’ART et sa sensibilité.

Manuel BEL 1916- 2010

Il n’est autre que mon beau-père, le papa de mon mari qui est parti aussi le rejoindre dans les étoiles il y a seize mois.

La densité de son oeuvre laisse apparaître différentes périodes, avec une palette de couleurs variées.

Peintre autodidacte, je veux lui rendre un hommage, car il m’a laissé des traces, des témoignages, un peu comme un poète parchemine son œuvre. Ces peintures qu’il m’a laissées restent un souvenir vivace, je n’aurais jamais pensé qu’un jour elles aient tant d’importance à mes yeux.

Né en 1916 en Espagne, il est réfugié espagnol en France en 1936.

Sa carrière artistique démarre très tôt. Ses premières peintures et aquarelles ont pour inspiration le Canal du Midi aux alentours de Béziers dans l’Hérault.

Puis il s’imprègne des écoles de Beaux Arts de Béziers.

Il étudie sans cesse le dessin et la peinture, et sa peinture prend forme au fur et à mesure du temps.

Il est formé également au métier de menuiserie d’art, il fallait gagner sa vie et faire vivre sa petite famille.

Il avait cette particularité d’avoir toujours la tête ailleurs, un peu dans les étoiles.

Certes il a aimé les femmes, mais quelle importance, c’était pour la beauté de leur féminité.

3 thématiques majeures :

  • l’aquarelle
  • le pastel
  • l’huile

Les aquarelles très douces fondues dans des couleurs d’azur et de rose. Un univers flottant et cotonneux, de ces aquarelles qui traversent le temps, avec la même aura qu’au premier jour.

Le pastel tout en harmonie, un peu ces bouquets à l’anglaise aux fleurs épanouies, très figuratives.

Egalement des pastels très modernes, suggérés par un courant possiblement. Un courant d’art ??

Les huiles sont omniprésentes et sont une grande partie de sa production, sur des formats plutôt grands, ce qui leur confère une authenticité et une présence fortes.

Il y eut la période classique, assise sur du figuratif essentiellement des paysages, des natures mortes et des marines.

Puis vint la période ocre, moins commune, davantage axée de tons chauds.

Ensuite la période « blanche » celle qui rencontra le plus de reconnaissance auprès des amateurs de peintures.

Des blancs, des bleus clairs, des crèmes, des gris.

Celles dont on disait, c’est un « BEL ». Le signe de reconnaissance.

Manuel BEL a produit de nombreuses œuvres, certaines sont soit au Musée Paul Valéry de Sète dans l’Hérault, ou encore au Musée Fabrégat de Béziers.

Il obtint plusieurs prix dont la médaille de Paris dans les années 90.

Il me tient à cœur de lui rendre un très bel hommage, pour son œuvre, pour sa descendance, qui je le souhaite, se montrera digne de conserver ses œuvres dans les meilleures conditions, ainsi que tous les amateurs d’art qui un jour ont croisé sa peinture, et lui ont fait l’immense plaisir de l’acquérir. Inutile de vous préciser qu’un peintre a du mal à se défaire de sa peinture………..les peintres se reconnaîtront.

A vous Manuel BEL 1916 – 2010

Reposez en paix

Nous penserons toujours à vous ….en regardant vos tableaux, traces de votre vie, merci pour votre témoignage sur toile ou sur papier.

Nous panserons aussi nos blessures grâce à votre héritage culturel ce qui demeure au-delà de la vie, le reflet d’un instant, le souvenir d’une famille maintenant décomposée, mais veillant à votre souvenir.

Reposez en paix, auprès de votre épouse, et loin de votre fils, nous serons vos passeurs, contre vents et marées.

Sylvia BEL

RUBRIQUE No 2 Avril 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 ⁄ 5 =