Emission du 29 avril 2014 Politique, culture, lecture


Emission / mardi, avril 29th, 2014

Émission animée par Michel Bernard

POLITIQUE, CULTURE et LECTURE

Avec cette note de synthèse, outre des éléments de l’émission, la mise en valeur d’ouvrages, de sites et de références, il y a désormais des informations sur le contexte de l’émission et des commentaires personnels qui la prolongent.

POLITIQUE, CULTURE et LECTURE, un sujet délicat, mais au cœur du quotidien. Initialement, l’intention était d’échanger avec des hommes politiques et d’aborder avec eux les questions suivantes : que lisez-vous ? écrivez-vous ? Comment, comme responsables politiques, concevez-vous la culture et comment privilégiez-vous son organisation là où vous êtes ? Hélas ! nous avons dû y renoncer.

Explorons brièvement cependant ce domaine. Jean Jaurès disait : Quelle invention admirable que le livre ! François Léotard, ancien ministre, écrivain, s’inquiétait il y a quelques années de l’inculture des hommes politiques de l’ère moderne. Il y a là, un commentaire pertinent, grave qui mérite un débat approfondi.

Certes, il y a de remarquables exceptions : Cicéron, Napoléon, W. Churchill, De Gaulle, Mitterrand par exemple, lisaient, écrivaient. Comment ne pas ici mentionner ce commentaire du Général de Gaulle ! : La véritable école du commandement est la culture générale.

Hubert VÉDRINE, ancien ministre, homme reconnu et apprécié pour ses ouvrages et ses visions du monde (cf. son dernier ouvrage : LA FRANCE AU DÉFI, Fayard, 2014) dit dans un entretien au journal du dimanche : « Les hommes politiques sont aujourd’hui, en moyenne, peu cultivés. Ils ne lisent pas parce qu’ils ne trouvent pas le temps .Ils jugent que ce n’est pas utile de lire. Moins ils lisent, moins ils sont capables de faire passer des messages essentiels. Cela contribue à la perte de temps… Mais, la lecture est un antidote. Il existe dans la lecture une lenteur et une densité nécessaire à la construction de l’homme… Il faut réintroduire l’éblouissement de la lecture dans les vies d’aujourd’hui. »

Une femme, Évelyne DUBOSQ, a accepté de nous recevoir. Artiste, chanteuse, elle a été adjointe à la culture pendant six ans à Tourrettes-sur-Loup (Pays de Grasse). Certes, encore marquée de ce qui s’est passé, elle parle avec intelligence, courage, lucidité du monde politique et de la culture dans une petite ville. Son témoignage constitue un apport appréciable. En tenant compte aussi du contexte de l’entretien, des échanges complémentaires, je me permets de résumer sa vision.

Dans une petite ville et donc aussi dans une commune, l’organisation de la culture ne peut relever de la période d’une équipe : SIX ans, si elle n’est pas renouvelée. C’est un temps court en culture ; la culture s’inscrit dans le long terme.

Par ailleurs, elle propose de distinguer le rôle de l’adjoint à la culture (domaine très spécifique qui ne peut être comparé aux autres domaines) d’une instance dite : service ou association ou agence… avec des compétences solides. Une instance ouverte à la médiation culturelle. Cette instance, aussi ouverte à tous, relèverait plus du politique (au masculin) au sens grec d’affaires de la cité et l’adjoint plus inévitablement de la politique.

De ce fait, le choix de l’adjoint à la culture est déterminant et il doit disposer de la confiance sans faille du maire. Sa culture et son écoute, des qualités indispensables.

Évelyne, dans cette perspective pose l’inévitable question de l’organisation de ce secteur. Elle n’élude pas la complexité et esquisse des pistes d’action. De fait, elle invite les politiciens à prendre de la hauteur et à privilégier un horizon temporel compatible avec la culture.

Évelyne va continuer de chanter, du publier des CD ; le dernier : Poussière d’exil.

Hervé CHEUZEVILLE est engagé dans l’action humanitaire depuis 1978. Il vient de publier son quatrième ouvrage : AU FIL DES CHEMINS : Afrique, Asie, Méditerranée, Edilivre, 2014, 355 p.

Pour cette émission, il est venu spécialement de Corse, son port d’attache entre les missions. Présent en studio pendant toute l’émission, il a réagi à l’intervention d’Évelyne. Puis, il nous présente son dernier ouvrage et plus largement son travail. Homme de terrain il a été confronté à ce besoin d’écrire pour témoigner et témoigner encore… et aussi pour prendre de la distance.

Son site remarquable vous attend http://cheuzeville.net

Hervé est un praticien et de plus en plus un praticien chercheur. Voilà un homme que l’on souhaite écouter des heures, le questionner pour s’enrichir de son vécu. Témoin indigné (là le mot prend une dimension quasi sacrée), il n’hésite pas à prendre position, à s’engager. Il y a chez lui un triple souci :

  • Celui de relier les évènements au passé.
  • Celui de la vérité. Nous assistons dit-il à des manipulations, à des dénigrements, à des rumeurs qui finissent pour trop de gens par devenir vérité. Il insiste sur la nécessité de la culture des journalistes et leur exigence à rechercher la vérité.
  • Celui du complexe, du refus de lectures manichéennes binaire noir ou blanc.

Il formule trois exigences :

  • La nécessité d’analyses, de prévisions de veille. Tant de drames pourraient être évités selon lui.
  • Le terrain. Les administratifs, les bureaucrates tous doivent aller régulièrement sur le terrain.
  • Repenser le rapport Projet/Programme. Le programme est exécution du projet et non substitution du projet.

Hervé repart sur le terrain. Il continuera d’écrire. Et un jour, pour nous lecteurs, il nous offrira soit un conte universel soit un guide pour mieux comprendre la complexité de l’accouchement de l’humanité en humanité ou les deux.

Que retenir en plus de cette émission ?
Le rôle primordial de l’écrit.
Le politique et donc la politique exigent Culture… et aussi l’Écrit.
La question de l’organisation reste ouverte.

Plus que jamais :
1942 : La corruption de la parole et de l’écriture est la marque de toutes les autres corruptions. Louis Lavelle. 1883-1951

2010 : La renaissance de la parole et de l’écriture est témoignage de toutes les autres renaissances. Michel Bernard

M.B. le 29/04/2014

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 ⁄ 22 =