Chemin faisant n°5 – Mars 2021


Chemin faisant / dimanche, mars 21st, 2021

Chemin faisant
Chaque mois, chemin faisant
vous propose une réflexion
sur la vie, sur notre vie

De la philosophie.

La philosophie est essentielle à la vie. Mais quelle philosophie?
Non pas la philosophie scolaire, certes utile, mais qui parfois enseigne sans écoute et questionnement tend à dégouter voire plus.
2021: une nouvelle étape. Période de vœux, souvent un rite creux qui d’année en année se perd. Mais c’est aussi le moment de redire à certains notre estime et notre présence. C’est aussi pour chacun le début d’une nouvelle étape.
Pour le monde, des tendances lourdes vont probablement se poursuivre. Des évènements peuvent aussi nous surprendre. Et au-delà la pandémie qui va se prolonger cette année, de plus en plus, nous allons vivre ses effets nombreux et très divers.

Quant au XXI siècle, il connaîtra sans doute d’autres pandémies.
Notre horizon est trop souvent seulement cette pandémie et au mieux ses effets. Or il est une ardente obligation:celle d’un vaste horizon concrétisé dans notre quotidien. Changer de voie, bifurquer? OUI. Tenant compte de nos erreurs individuelles et collectives, oser, s’autoriser à cela.
C’est pourquoi, personnellement, je veux faire de 2021 une année de
renaissance. Pour cela, j’ai esquissé un projet ouvert aux surprises du chemin. Car oui, c’et le chemin qui fait le but.

Dans cette perspective, conscient du temps trop court pour exister, je fais des choix. Là où rien ne pousse, ne peut pousser, il convient de renoncer; là où la terre est fertile, il convent de semer. Cela conduit parfois à des choix douloureux. Mais il convient de les assumer.
Ce début d’étape est fortement marqué encore par la pandémie et les décisions qui en résultent. Une majorité semble inconsciente.Beaucoup vivent dans l’urgence et en référence à un horizon court.Avec la chance de vivre de façon modeste dans une maison entourée d’oliviers, j’essaie de travailler pour tous à un horizon vaste. Je pense en permanence à mes enfants à leurs enfants, à leurs petits enfants et à ce qu’ils vivront. Je n’oublie ni mes parents , ni mes grands parents du côté de mon père; ma mère était orpheline à son adolescence.

Des tendances lourdes pour les temps à venir sont confirmées. Exemples: guerres , technologie, inégalités, corruptions, rapports de forces, faiblesse et insuffisance de la politique, fragilité d’institutions sous leur formes actuelles. Repenser, refonder, penser et agir autrement. Cela implique d’abord soi même, puis l’autre , les autres, la nature, le monde, le cosmos. Des perspectives ,des réponses existent, comme l’écologie intégrale, la convivialité, la solidarité, valoriser le politique et travailler à repenser la démocratie, le temps et l’espace, le travail et l’économie. Surtout une spiritualité pour fonder sens à la vie devenant existence.
Nous demandons sans toujours l’exprimer, aventuriers, pionniers, créateurs, artistes, poètes, prophètes… Nous oublions que chacun est concerné et dispose de ressources uniques.
Réenchanter le quotidien, contribuer à un vaste horizon.
Partout et en tout, que l’énergie vitale devienne énergie créatrice.
Avec simplicité, avec courage, agir pour ici bas gouter à l’éternité et incarner des oasis de connaissance d’amour et de fraternité.


Michel Bernard. Mars 2021

P.S : En septembre, je publierai un petit ouvrage: Le Collège international de
séniors.Harmattan : un projet pour le XXIe siècle? Si j’ai renoncé à la présidence pour des raisons que j’expliquerai, ce projet pour moi est majeur. Mais il demande des conditions pour être réalisé. Existent elles?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 × 24 =